Webzine enervé : 100% Indépendant | zéro pub, zéro profit | DIY
Dernièrement
Fight Club 2

Fight club 2 

30 janvier 2018

Moscow Death Brigade | Boltcutter

Moscow Death Brigade | boltcutter
Moscow Death Brigade | boltcutter

Le premier album (Hoods up)  de ce groupe Moscovite avait apporté pas mal de fraîcheur dans le milieu punk militant international, qui a parfois du mal à se renouveler et à évoluer hors des cadres et des codes du genre. Trois ans et trois excellents EPs plus tard ( Papers, please, One for the ski mask, Brother and sisterhood) Moscow Death Brigade est de retour avec un 12 titres : Boltcutter sorti chez les activistes de Kiel (All), j’ai nommé Fire And Flames. Vues la qualité et l’originalité des précédents skeuds, je m’attendais à prendre une grosse claque mais disons le tout de suite, je n’ai pas été aussi emballé que les fois d’avant. Dommage ! Mais il faut dire que 1/ la barre était déjà haute et 2/ trois ans c’est court pour sortir un 12 titres d’autant plus que les trois lascars n’arrêtent pas de tourner, avec MDB bien sûr mais aussi avec d’autres projets annexes tout aussi intéressants. Allez donc jeter une oreille si vous pouvez sur Sibérian Meat Grinder, une configuration plus grind-core à laquelle certains membres de MDB participent et ça s’entend.

Même si ce deuxième album de MBD m’a donc semblé beaucoup moins percutant que le premier, il m’a quand même bien plu. Bien sûr, on y retrouve les derniers morceaux sorties en EPs. Très clairement la coloration est ici beaucoup plus électro. Les beats de boite à rythmes et les grosses basses qui flirtent avec la techno sont toujours présents, les samples de guitares aussi, mais les nappes de synthé prennent désormais plus d’ampleur dans les morceaux. Le mélange n’est pas facile à réaliser. D’autres groupes comme Conflict s’étaient essayé à le faire en mélangeant claviers et guitares punks dans le génialissime album Conclusion (1993) mais ce genre d’expérimentation réussie reste quand même assez rare, où alors j’ai dû loupé les épisodes. La force de Moscow Death Brigade, est de réussir à mixer différentes cultures musicales populaires ( rap, électro ) ou plus confidentielles ( techno, punk ) tout en gardant un cap très militant.

L’implication politique du groupe est intacte. Leurs paroles scandées et parfaitement rappées s’attaquent toujours au racisme, au sexisme, appellent à la solidarité avec les réfugiés ( Papers, please ), à l’unité de toutes les rayas face à l’homophobie et aux « bigots » (Brother & sisterhood ). Est-il encore utile de dire que dans un pays comme la Russie, ce genre de propos sont rares et d’autant plus précieux ..? La situation pour les immigrés et les militants politique notamment antifascistes s’est un peu améliorée par rapport aux années 1990, mais reste quand même suffisamment tendue pour que MDB continuent de garder leurs cagoules, une façon de rester anonymes et de se protéger contre les agressions de l’extrême droite. Une tournée est prévue prochainement en Allemagne, dont plusieurs dates communes avec le groupe emblématique de la scène militante Allemande : Feine sahne fischfilet (rappelez vous, on a fait une chronique de leur dernier album ) ainsi qu’avec les  What we feel, un groupe pionner de la scène punk Russe militante.

 

A propos Btd Acontrario

Btd Acontrario
Animateur du label AcontrarioRecords | Organisateur occasionnel de concerts et musicophile depuis toujours. HxC, ElectroPunk, Indus ou Punk, ce qui l'intéresse c'est l'originalité... et si il y a du sens, c'est encore mieux !

Regardez aussi

Les chroniques de Groom lake

Les chroniques de Groom lake

Pré publiés en 2009 aux USA sous le label IDW Publishing, les 4 comics intitulés …

1 commentaire

  1. Moi j’aime pas trop le son des Moscow death brigade, j’ai leur single avec les what we feel (que j’apprécie que très moyennement) par solidarité politique malgré tout.
    En Oï antifa ya aussi Brigadir avec une reprise de la Brigada en russe (j’adore leur accent quant en fin de morceau ils chantent en français « la mort n’éblouie pas les yeux des partisans »
    Par contre je vous invite tous à écouter PolitZek (tout seul avec sa grosse voix et sa guitare acoustique) et Dvigatiel Rievoliutsii (les ailleurs morceaux de politzek en sont issu), j’ai la chance d’avoir étudié le russe au collège et d’avoir donc accès à leurs textes comme kastiet (le poing américain) qui explique les différents moyens d’autodéfense face aux flics et aux fachos ou Vriemia Nojei (le temps des schlass).
    On sent que le climat politique est bien pire que le notre et on arrive à des textes tantôt très poétiques (parfois limite mièvre), parfois très violent que ce soit à propos des relations avec la police, les nazis, les jeunesses poutiniennes… Citons aussi Katia Bielomorkina qui avec sa voix d’ange et un son limite varièt’ chante des textes très pertinents qui reflète les difficultés rencontrés par les militants anars et antifascistes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *