Webzine enervé : 100% Indépendant | zéro pub, zéro profit | DIY
bannière SOTL

SOTL #9 /// Syndrome 81

22 décembre 2017
vinyl-records

SOTL11 # Bad Mood Boy

26 janvier 2018

SOTL10 # Arak Asso

Un acteur de la scène = une liste de 10 morceaux. Pas forcément les meilleurs, les premiers, les mieux joués, mais plutôt la musique qui l’inspire, qu’il aime sans raisons particulières. Le genre de trucs qu’il écoute dans le noir, ou en fin de soirée, chaud comme un marron sur le poêle.

Ils sont ce genre de types que l’on pourrait retrouver dans ce que Michèle Alliot-Marie appelait « les cellules dormantes de l’ultragauche ». Des airs louches, conspirateurs, une présence insaisissable, des réunions au fond des bars, de l’alcool et sans-doute de la drogue. Ils fomentent, ils s’activent sur le Net, en manifs et ils se retrouvent dans des lieux sordides et humides. La musique y est trop forte, les codes incompréhensibles pour le commun des mortels. Qui s’y aventure sans être affranchi risque sa vie. On ne connait pas exactement leur nombre, encore moins leur identité.

Nous savons juste qu’ils se font appeler « Arak Asso » . Jean-Pierre Arak, Gérard Arak, Eusèbe Arak, Goui Arak, Erio ou Boudi que sais-je encore…

Récemment, une note de de la DGSI présentait le rassemblement de ces éléments incontrôlables au sein d’une nouvelle « organisation », l’AIM (Alternative International Movement), dont les tentacules s’étireraient jusqu’en Amérique du Nord. En haut-lieu, on prend très au sérieux cette « mutation », elle est traitée en priorité, au même titre que la question Corse. Et on surveille de près leur meeting annuel, organisé avec d’autres composantes de la « mouvance » les 19 et 20 mars, au Gibus, le United We Stand, Divided We Fall Festival. Plus qu’un slogan, un programme politique !

Un spectre hante l’Europe : le spectre d’Arak Asso.

Au péril de notre vie, nous sommes entrés en contact avec ces individus de l’ombre. Plusieurs semaines d’approche, des rendez-vous sur des airs d’autoroutes aux quatre coins de la France, des filatures déjouées… 

Nous avons pris énormément de risques, parce que nous nous somme fait un devoir de vous informer, quoiqu’il nous en coûte. Et finalement, nous ne sommes pas déçus, vous ne serez pas déçus. Douze morceaux commentés pour la première playlist de 2018, du punk, du hardcore, de la musique qui sent le souffre, et c’est sur ABloc. /Mateo B.

[Boudid : J’ai hésité à mettre des groupes comme DOWN TO NOTHING, mais j’ai choisi comme thème le « ça aurait pu être génial ».]

Faintest Idea – Bullet in a China Shop

Un vrai bonheur quand j’ai entendu pour la première fois ce titre, une petite bombe d’énergie qui ne s’épuise jamais. Pour l’anecdote, la fois où ils sont passés sur Paname, c’était dans un squat de banlieue où l’équipe qui « organisait » était tellement à la ramasse qu’ils n’ont pas pensé à payer le groupe et le bookeur a été évacué par les pompiers car il a fait une belle OD. Ah oui et on était 5, vu la performance déployée pour la communication.

Fierce – Count Me In

Un petit groupe de Paris qui n’a pas eu le temps de prendre l’ampleur mais qui était furieusement efficace et qui aurait agréablement accompagné certaines dates qu’on organise.

 

[Erio]

Boot Boys – Bastardos

En dédicace aux voyous en uniforme qui ont blessé de nombreux camarades ces derniers temps, tué dans les quartiers et ce en toute impunité.

Moscow Death Brigade – Papers Please

Un titre on ne peut plus d’actualité. Cagoule, fumis, tags et rap/punk le combo parfait.

 

[Goui : Je voulais mettre un petit MDB car ils combinent vraiment les différents styles que j’écoute : punk, hardcore et rap avec des textes qui te donnent envie de faire le fifou dans le cortège de tête ou un COR FORT, mais d’autres s’en sont chargés… Sinon]

Get The Shot – Erase The Scum

Un groupe qu’on a découvert lors de leur première tournée. En quelques jours, ils ont mis tout le monde d’accord. Plus les jours passaient, plus le buzz prenait. Ce qui fait, qu’on avait prévu une toute petite salle pour 30 personnes, on a eu plus du double. Depuis à chaque passage, le nombre de personnes double (ils vont jouer au Hellfest cette année oklm). Musique ultra efficace + texte au top + attitude = tuerie. Les gars sont adorables en plus. Comme quoi on peut se prendre un pied-bouche avec le sourire.

NOWHITERAG – Barricades

Ce groupe est probablement le meilleur dans la scène punk actuelle. En direct d’Italie, ils mélangent streetpunk à crête, anarchopunk et passages folk ! Les textes sont travaillés et tous les titres sont des tubes. Ecouter Pirates https://nowhiterag.bandcamp.com/track/pirates et essayer de ne pas avoir envie de retourner votre piaule et partir à l’abordage.

[Ecoutez également des groupes comme BREAKOUT (streetpunk, Paname), COMBUST et IMPACT (NYHC à l’ancienne les 2), OI OF THE TIGER et RETROGRAD (red oi !), HUGO TSR, DAVODKA (rap), THE WORST DOUBT (Hardcore Paris), GUILT TRIP et KNOCKED LOOSE pour aller au sport. Bref, il y a beaucoup de super groupes en ce moment.]

 

[Niko]

Pilseners – El Despertar Roig

Cor Fort – Soviets

Deux morceaux de Oi ! catalane qui redonnent des couleurs (rouge) à cet hiver gris dominé par l’ultra-libéralisme bourgeois.

 

[Quentin]

Bérurier Noir – Et Hop !

C’est grâce aux Béru que j’ai découvert le punk, et ensuite la Oi ! les textes parlent d’eux même, années 80, années actuelles, même combats.

Bolchoï – Violence Rouge

Premier groupe oi ! écouté. Le chant mixte, le travail de l’artwork, les textes, les mélodies et la rage. Tout y est.

 

[Thomas]

Nocif – Vlan dans la gueule

Excellent groupe anarchopunk qui résume le printemps 2016 et les années à venir.

Traître – Je m’emmerde

Punk totoïde qui résume l’état d’esprit d’ennui et de déprime généralisé ressenti par la jeunesse.

A propos Mateo Brigada

Mateo Brigada
Mateo est le chanteur de Brigada Florès Magon, groupe de streetpunk antifasciste parisien. Il a participé dans les années 2000 au zine de contre-culture Barricata et au collectif du même nom.

Regardez aussi

Fever - Thierry guitard

Fever | Little Willie John

Composée par John Davenport (Otis Blackwell), et Eddie Cooley. En 1956, « Fever » a contaminé des …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *